La formation des futur prêtres

Date de publication :01 juin 2017
By Bruno Druenne

Tous les aspects de la formation sont orientés vers cette fin : faire des séminaristes — comme dit le Concile Vatican II — de véritables pasteurs d’âmes à l’image du Christ, attachés à toujours mieux comprendre et exprimer la Parole révélée de Dieu, à toujours mieux accomplir l’œuvre du salut manifestée dans les sacrements, à toujours mieux servir Dieu et les hommes et amener un plus grand nombre à la plénitude de la vie.

© photos et source : séminairedenamur.be

Les 4 piliers de la formation

  • La dimension spirituelle : se préparer à vivre dans la communion continuelle et familière avec le Père, par son Fils Jésus-Christ, dans l’Esprit Saint ; cette vie d’union intime se nourrit quotidiennement de la prière, de la lecture méditée de la Parole de Dieu et de l’eucharistie.
  • La dimension intellectuelle : étudier la philosophie, la théologie ou d’autres sciences, pour pouvoir, dans le monde d’aujourd’hui, annoncer l’Evangile du Christ et le rendre crédible face aux exigences légitimes de la raison humaine.
  • La dimension pastorale : partager la charité (amour) de Jésus Christ dans une action concrète qui fasse grandir l’Eglise et chacun de ses membres.
  • Finalement, la dimension humaine, qui est à la base de toutes les autres : rien en effet de ce qui touche l’homme et l’humanité ne peut être étranger au croyant, et donc, a fortiori, au prêtre. Saint Paul le dit dans l’épître aux Philippiens : « Tout ce qu’il y a de vrai, de noble, de juste, de pur, d’aimable, d’honorable, tout ce qu’il peut y avoir de bon dans la vertu et la louange humaines, voilà ce qui doit vous préoccuper » (Ph 4,8). Comme le dit le pape Jean-Paul II (Pastores dabo vobis n°43) : « En effet, pour que son ministère soit humainement plus crédible et plus acceptable, il faut que le prêtre modèle sa personnalité humaine de façon à en faire un pont et non un obstacle pour les autres dans la rencontre avec Jésus Christ Rédempteur de l’homme ». Si les futurs prêtres doivent cultiver cet ensemble de qualités humaines — les qualités d’une personnalité humaine équilibrée, forte et libre — c’est pour être capables, simplement, de vivre leur ministère de ponts et non pas d’obstacles pour les autres dans la rencontre avec Jésus Christ.
JPG - 133.9 ko

Se laisser former…

Le protagoniste véritable de la formation — avec l’aide des formateurs choisis par l’Eglise — c’est le candidat lui-même. Il doit accepter de se former et de se laisser former, accueillir l’action éducative de l’Esprit Saint, et accueillir, en y participant, les médiations humaines dont l’Esprit Saint se sert. Le séminariste doit y collaborer de façon personnelle, convaincue et de bon cœur.

Cette formation prend du temps, comme tout apprentissage humain ; ce temps donné est une chance pour croître dans l’assurance d’être appelé par le Seigneur et pour se laisser modeler par Jésus lui-même, afin de posséder un cœur rayonnant comme le sien.

Concrètement, la formation pour devenir prêtre dure normalement 7 années (dont la progression est marquée par des étapes importantes : admission comme candidat au sacerdoce, lectorat, acolytat, ordination diaconale, ordination presbytérale) :

  • une année dite “propédeutique” (de préparation spirituelle) vécue avec d’autres nouveaux séminaristes
19
auditoirefolder
172
© photos et source : séminairedenamur.be

Leave a Reply