Une réponse fondée sur la confiance

Date de publication :01 juin 2017
By Bruno Druenne
par Mgr Jérôme Beau, Evêque auxiliaire de Paris

© mavocation.org

Dans la suite du Christ, un jour l’appel a retenti et a pris des visages différents pour les uns et les autres. Pour Jérémie, ce fut une séduction : « Tu m’as séduit, Seigneur, et je me suis laissé séduire ». Pour Isaïe, ce fut l’appel du Seigneur : « Qui enverrai-je ? Qui sera mon messager ? ». En ce qui concerne les apôtres, Jésus les a appelés là où ils étaient et « laissant tout, ils le suivirent ».

Cet appel à devenir prêtre du Seigneur pour le service du peuple de Dieu ne cesse de retentir. Heureux celui qui est ainsi choisi pour se donner au Seigneur et devenir serviteur de la joie de ses frères.

1

© esprit-photo.com

Il n’est pas trop tard…

Sur cette route, certains ont parfois eu peur et se sont arrêtés ; d’autres se sont sentis trop indignes d’une telle vocation et les soucis de la vie ont quelquefois enfoui ce désir… Il n’est pas trop tard pour que vous réfléchissiez et que vous répondiez au Seigneur. Dans une vie avec Dieu, il n’y a pas d’échec ; il y a seulement des passages. Pour que cet appel retrouve sa force, il faut savoir prendre le temps de s’arrêter et « d’entrer en soi-même ». Comme le fils prodigue retrouve la mémoire de son père, ainsi vous retrouverez la mémoire du bien que le Seigneur a réalisé dans vos vies. Il faut savoir entretenir celle de l’amour, la mémoire du bien. Celle-ci permet de construire et « d’avancer en eau profonde ». On ne construit pas une vie ou une réponse à un appel sur des échecs, mais sur l’amour victorieux qui nous ouvre à l’avenir.

Faire confiance à Dieu

La réponse à l’appel du Seigneur se fonde sur une confiance : celle que le Seigneur nous donne, la sienne. Si nous regardons nos propres capacités, nous n’oserons pas répondre à l’appel à être prêtre. Qui sommes-nous pour être appelés à une si belle vocation ? Nous nous sentirions indignes ! Cependant, si nous fixons le regard plein de miséricorde du Christ, alors sur cette confiance, sur ce pardon, en réponse à un tel don d’amour… alors oui, je m’avancerai et j’oserai dire : « Qu’il me soit fait selon Ta parole ».

Mgr Jérôme Beau, Evêque auxiliaire de Paris

© mavocation.org

 

Leave a Reply